Home Développement local Commercialisation de l’or : « Il n’y pas un secteur réservé aux hommes et...

Commercialisation de l’or : « Il n’y pas un secteur réservé aux hommes et un autre réservé aux femmes », Miriam Ouédraogo DGA Burkina Gold Trading International (spécial 8 mars 2023)

367
0

A occasion de la commémoration de la journée internationale de la femme le 8 mars, Minesactu.info a donné la parole à Miriam Ouédraogo, Directrice générale adjointe de Burkina Gold Trading International et Présidente de la Coopérative Simplifiée d’Artisans Miniers Tingbila. Avec elle, plusieurs thèmes ont été abordé la place de la femme dans la commercialisation de l’or et dans l’artisanat minier.

Minesactu.info : Pouvez-vous vous présenter vous à nos lecteurs ?

Miriam Ouédraogo : Je suis MiriamOuédraogo, juriste de formation, Directrice générale adjointe de Burkina Gold Trading International et Présidente de la Coopérative Simplifiée d’Artisans Miniers Tingbila. Auparavant, j’ai été conseil juridique dans un cabinet dans le siège est à Dakar au Sénégal, puis Directrice d’un autre cabinet avant de rejoindre le comptoir Burkina Gold Trading International.

Quel est votre rôle dans la société Burkina Gold Trading International ?

A Burkina Gold Trading International, je suis chargée d’assister le président dans ses différentes tâches. Il s’agit notamment de participer aux négociations et à la signature des accords commerciaux avec les clients et fournisseurs dans le domaine de la commercialisation de l’or, appuyer les artisans miniers dans le processus d’exploitation à petite échelle de l’or, mettre en place et superviser la chaine de traçabilité de l’or de production artisanale et semi-mécanisé au sein de l’entreprise, élaborer et mettre en œuvre un plan de développement de la société, gérer les relations de la société avec les banques et les différentes administrations, suivre les opérations au niveau national de la société, coordonner les opérations d’achat, de transport, d’analyse, de consignation et d’exportation de l’or.

Le travail dans ce secteur est vu comme masculin. Dites-nous quels sont vos atouts que vous mettez en avant pour réussir votre mission ?

Selon ma compréhension, il n’y pas un secteur réservé aux hommes et un autre réservé aux femmes. La femme est d’ailleurs la mère de l’humanité. Je me suis juste adapté aux exigences du secteur et tout se passe bien, malgré le fait que le secteur est majoritairement masculin. En plus de cela, j’apporte ma touche féminine dans l’exécution de mes différentes missions. En effet, évoluer dans ce secteur nécessite de la rigueur, de la disponibilité, de la compréhension, de l’humilité.

Rencontrez-vous des difficultés dans le milieu parce que vous êtes femmes ?

Des difficultés, nous en rencontrons mais la principale que je rencontre en tant que femme est que je suis très souvent sous-estimée. Au bureau comme sur les sites, ils se disent « qu’elle ne peut pas faire le travail là ». Ils sont encore plus étonnés quand ils s’aperçoivent que je maîtrise autant que les hommes. Le domaine a pendant longtemps connu l’absence des femmes, donc certains hommes refusent toujours d’admettre la présence des femmes. Souvent, ils sont contre toutes forme de collaboration ou de négociation avec une femme. Également, il faut souligner qu’il existe beaucoup de préjugés sur la manipulation de l’or par les femmes ; Mais actuellement nous sommes en train de les surmonter au fur et à mesure.  

Avez-vous des petites anecdotes à partager à nos lecteurs ?

« Rires » une bonne anecdote : Le fois le Directeur devrait recevoir des orpailleurs pour discuter d’une forme de collaboration. Il a eu un empêchement à la dernière minute et je devais diriger la rencontre. A leur arrivée, ils ont été installés et quand je suis rentrée dans la salle, j’ai salué tout le monde. Ils m’ont dit qu’ils sont venus voir le président. J’ai répondu qu’il ne sera pas là. Ils m’ont demandé s’ils doivent revenir un autre jour, j’ai dit que je remplace le président et on pouvait discuter. Un d’eux a parlé en Mooré : il y’a pas un homme ici ? Est-ce que la femme la connait le travail là ? L’autre à répondu : On va voir. Nous avons commencé les échanges et ils étaient étonnés de ma maitrise du sujet. Celui qui doutait à encore dit en Moore : Voilà une femme orpailleur. Tout s’est bien passé, ils sont repartis satisfaits de la rencontre et actuellement nous collaborons sans aucune difficulté.

Une mauvaise : je suis allé en mission sur un site, pour une organisation, afin de mettre en place une chaine de traçabilité de l’or qu’ils produisaient. A mon arrivée la grande majorité était contre la réorganisation du site, car ils sont des hommes fiers et une femme ne viendra pas leurs imposer sa vision ; nous avons négocier sans succès et j’ai été obligée d’organiser une autre mission avec le Directeur afin qu’ils soient réceptifs. J’ai eu un peu mal dans ma peau de femme, car ce qu’ils ont accepté du président est exactement ce que j’avais proposé. J’ai été frustré. Je me suis aperçu que nous avons encore des efforts à faire en tant que femmes afin de nous imposer à ces hommes qui pensent que nous n’avons pas notre place dans ce milieu.  

En tant que femme, quel conseil avez-vous à donner aux autres femmes et aux autres filles en général et celles qui sont dans le secteur minier en particulier ?

Le conseil que j’ai à donner est que nous devons être fortes, endurantes et unies afin d’être respectées pour celles qui sont dans le secteur ; je félicite au passage toutes les différentes associations de femmes qui militent pour les droits de la femme et une meilleure prise en compte des femmes dans le secteur minier. A celles qui désirent entrer dans leur secteur, je leurs dirai de la faire sans aucune hésitation. J’ajouterai qu’il s’agit d’un domaine de défis, qui nous pousse à nous surpasser. Le domaine est également passionnant car on est en contact avec les orpailleurs qui sont des personnes dont on découvre le bon sens et le respect d’autrui, le contact avec la nature et aussi la connaissance des opérateurs économiques du milieu est vraiment édifiante. Donc je vous invite à venir ensemble nous allons faire bouger les lignes, et montrer aux hommes que nous y avons notre place. « Rires »

Un dernier mot ?

Je remercie votre journal de m’avoir accordée cette interview qui permet à l’opinion de savoir que le secteur minier n’est pas exclusivement réservé aux hommes et que plusieurs préjugés qui sont dits sur ce secteur ne sont généralement pas exactes.

Je souhaite une excellente journée de commémoration de la journée de la femme à toutes les braves femmes du Burkina et du monde. Je les invite à faire de cette journée, une journée de réflexion pour l’effectivité des droits de la femme dans tous les tous les domaines d’activités que sont considérés comme réservés aux hommes à l’image du secteur minier.

Qu’à travers cette journée, nous puissions nous montrer utiles face à la situation sécuritaire de notre pays, car nous avons notre rôle à jouer et cela commence par nos prières à l’endroit de nos bravent soldats, notre soutien aux veuves et aux orphelins de nos héros tombés au front, et notre solidarité aux familles de personnes déplacées interne. Que dieu bénisse le Burkina Faso.

Interview réalisée par Elie KABORE

#Mines_Actu_Burkina

Previous articleQui est Jean Baptiste Kaboré, le nouveau Secrétaire général du ministère de l’Energie, des Mines et Carrières ?
Next articleLe Weekend Africain du Droit Minier et de l’Energie aura lieu du 28 au 30 avril 2023 à l’Hôtel Primus Kaloum de Conakry – Guinée

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here